Archives de l’auteur : Indépendance Royale

Gros plan sur l’adaptation des logements des seniors en France

En collaboration avec CapResidencesSeniors.com, Senior Strategic, société d’études et de conseil en Stratégie sur le marché des Seniors a effectué une étude quantitative sur l’Adaptation des Logements pour les Seniors. Le point par Indépendance Royale.

Les seniors s’inquiètent

Face au vieillissement de la population, les personnes âgées commencent à se faire du souci concernant leur lieu de vie en cas de dépendance. En effet, ils ont du mal à choisir entre les logements pour aînés en perte d’autonomie, les résidences avec services pour seniors et les travaux d’adaptation au maintien à domicile.

Parce qu’il existe actuellement un problème de financement des travaux d’adaptation, les logements qui accueillent les seniors ne sont pas encore efficaces pour répondre à leurs attentes et s’adapter à leurs besoins. Pour faire le point sur les priorités des seniors, le sondage par téléphone a permis d’entrer en contact avec 1 534 personnes âgées entre 50 et 75 ans.

Les résultats de l’enquête

  • En France, la plupart des personnes âgées sont propriétaires depuis plus de 15 ans et préfèrent passer leurs vieux jours dans leur propre maison (70%). Pour 68% d’entre eux, des travaux d’adaptation sont nécessaires au niveau de la cuisine, du système de sécurité, de la salle de bain et du système d’ouverture.
  • 88% des personnes âgées n’ont pas été informées sur les aides à l’aménagement de l’habitat de type PACT ou Habiter mieux, 88% redoutent les prêts et ne peuvent plus y accéder (après 70 ans).
  • Parmi les éventuelles raisons pour déménager, les seniors enquêtés parlent d’un rapprochement des services, des hôpitaux et des cœurs de ville.
  • Enfin, la formule de colocation séduit surtout les seniors du troisième âge qui redoutent la solitude ou qui recherchent un moyen d’améliorer les revenus.

Une inflation plus redoutée que les réformes des retraites

Dans sa dernière enquête, Allianz Global Investors s’est intéressé aux risques financiers redoutés par les futurs retraités aisés âgés de plus de 50 ans. Effectué à travers toute l’Europe, le sondage a permis de prouver que les jeunes retraités ont plus peur des effets de la hausse généralisée des prix que de la crise financière et des récentes réformes des retraites.

Une inflation qui touche toute l’Europe

Réalisée dans sept pays européens (France, Autriche, Allemagne, Pays-Bas, Italie, Suisse et Royaume-Uni), l’enquête a vu la participation de 1 402 personnes âgées de 50 à 70 ans qui ont peur de l’impact de l’inflation sur leur retraite. Indépendance Royale rappelle que l’inflation est plus ou moins maintenue en Europe et surtout en France avec un recul de 0,3% des prix à la consommation en juillet 2013 et une hausse à 1,1% sur un an. D’après les conclusions des enquêteurs, l’Autriche semble être le seul pays qui n’est pas touché par cette peur de l’inflation qui constitue le plus grand risque financier durant la retraite. Cette appréhension est surtout palpable auprès de 60% des Allemands et 65% des Britanniques qui ont accès un haut revenu.

La peur des seniors de 50 ans

Toujours d’après le sondage, la moitié des personnes âgées de plus de 50 ans sont pessimistes et craignent de ne plus pouvoir maintenir leur qualité de vie après la retraite. Pour y remédier, ils comptent mettre en place une épargne supplémentaire afin de subvenir à leurs besoins durant la retraite.

Et les réformes de retraite

Enfin, la majorité des participants au sondage s’inquiète également sur les éventuelles conséquences des réformes de retraites et de la crise financière sur leurs finances et leurs patrimoines de retraite.

Seniors : une vie plus active grâce à Internet

Intitulée « Les seniors «  connectés  » entretiennent plus de relations sociales et consomment plus », la dernière étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) rapporte qu’Internet occupe une place importante dans la vie quotidienne des personnes âgées à mobilité réduite ou maintenues à domicile.

Les centres d’intérêt des aînés

Pour les seniors de plus de 60 ans, Internet facilite la communication avec les enfants, les petits-enfants, les amis et les proches. Et d’après les résultats de l’enquête, cette connectivité a engendré une hausse de la consommation des personnes âgées. En effet, Indépendance Royale confirme que la toile pousse les seniors à acheter davantage parce qu’elle est devenue un facteur déterminant de la consommation des personnes âgées et à âge égal, catégorie sociale égale et revenu égal, les ménages de 50 ans et plus dépensent beaucoup plus que les autres.

Une vie sociale développée

Avec l’achat en ligne, les seniors s’intéressent à différents domaines tels l’habillement, le loisir, l’alimentation et le transport. Toujours d’après les conclusions du Credoc, cette hausse du taux de consommation est incitée directement et indirectement par Internet. Selon les termes du document, Internet facilite l’entretien des relations avec un réseau d’anciens collègues, les amis et la famille. Il pousse les personnes âgées à se déplacer et voyager, à envoyer des invitations et à consommer avec la nourriture, les vêtements et les articles de décoration intérieure.

Une nouvelle catégorie de retraités

Si les seniors d’avant-guerre préféraient s’en tenir à leur retraite, les nouvelles générations d’après-guerre (1946-1965) s’ouvrent plus aux crédits à la consommation pour partir en vacances, se consacrer aux loisirs, s’habiller et acheter des produits cosmétiques. De son côté, l’Insee rapporte même une hausse des dons en argent pour les parents âgés.

Des solutions indispensables pour la séniorisation de la population

Face au vieillissement de la population, le gouvernement travaille actuellement sur des réformes pour améliorer le logement et l’urbanisme des personnes âgées. Parmi les plus plausibles figure une aide publique spécifique pour financer les travaux d’aménagement indispensables pour le maintien à domicile des seniors. Ce soutien financier est utile pour adapter aux besoins quotidiens des aînés les logements existants. Si elle est encore en phase de préparation en France, cette aide est déjà appliquée dans divers pays tel l’Espagne, le Royaume-Uni, la Suède ou le Québec. Dans ce dernier pays, les seniors disposent d’une allocation estimée à 1822 euros pour améliorer leur condition de vie sans devoir demander de l’aide à un tiers. Indépendance Royale rapporte également le projet d’ériger des logements neufs strictement dédiés aux personnes âgées. Une telle démarche est déjà effective en Bretagne qui a consacré 7,45 milliards d’euros à un projet similaire dont la réception des travaux est prévue en 2015.

Un meilleur soutien des personnes âgées qui choisissent le maintien à domicile

Dans une société vieillissante, il est important d’encourager les seniors autonomes et les aider à maintenir cette indépendance le plus longtemps possible. Pour l’Etat, il s’agit de trouver la solution d’accompagnement idéale qui garantit une meilleure autonomie des seniors. Les données prévisionnelles annoncent que dans 20 ans, un Français sur trois serait âgé de 60 ans et le nombre d’octogénaires serait multiplié par deux. Pour y faire face, les logements adaptés seront indispensables comme d’autres solutions telles que la création d’immeubles intergénérationnels, l’aménagement global de la ville, les services de proximité et modes de transports en zone urbaine.

La robotique au service des aînés

Depuis quelques années, les progrès technologiques ont permis d’améliorer notre condition de vie. Dans le domaine de la santé, les techniques de soins performants et les traitements ciblés ont augmenté notre espérance de vie et la société actuelle est composée en grande partie de seniors actifs qui choisissent de passer leur retraite dans la maison familiale.

Mais Indépendance Royale insiste sur la condition de vie des personnes âgées semi- autonomes et dépendantes qui optent pour le maintien à domicile ou le séjour en Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD). Pour les personnes âgées qui ont choisi de passer leurs vieux jours dans leur logement, la vie sociale est préservée mais le risque d’exposition aux accidents de la vie courante augmente car ils sont souvent livrés à eux-mêmes et les secours tardent lors des malaises ou des chutes graves. En ce qui concerne les résidences médicalisées, les pensionnaires avaient auparavant accès à une surveillance et des soins médicaux mais la hausse du nombre des résidents a conduit à une diminution de la qualité de la logique soignante.

Ce sont ces constats qui ont amené à la création de la gérontechnologie, un domaine qui propose des solutions performantes livrées en pack de médaillon de téléassistance, de détecteurs de fumée, de température et de gaz anormaux, de chemins lumineux et un système d’éclairage automatisé. Pour améliorer la qualité de service dans les résidences médicalisées et rompre la solitude des seniors maintenus à domicile, il existe aussi des packs robotiques livrés avec système de vidéoconférence, Internet haut-débit, capteurs de chute et téléassistance de pacemaker.

Senior : vivre plus longtemps grâce à l’hydrogène sulfurisé

Parue le 7 janvier 2013 dans la revue Molecular and Cellular Biology Microbiology, une recherche de l’Université de Chine du Sud a permis de prouver que le H2S, hydrogène sulfuré ou sulfure dhydrogène a un large potentiel antivieillissement.

Il s’agit d’une expérience menée par des spécialistes de l’Institute of Cardiovascular Disease and Key Lab for Arteriosclerology of Hunan Province pour confirmer que le H2S agit en ralentissant le processus de vieillissement des systèmes nerveux et cardiovasculaires. En activant le SIRT1, enzyme agissant comme agent régulateur de la vie et travaillant en interactivité avec le gène klotho, le H2S ralentit le vieillissement.

Un super-antioxydant

En tant qu’auteur principal de la recherche, Zhi-Sheng Jiang rapporte que H2S fonctionne comme un super-antioxydant. En effet, le corps humain produit de l’hydrogène sulfuré qui entre en jeu dans nombreux effets physiologiques : détendre l’endothélium vasculaire ou la paroi interne des vaisseaux sanguins, lisser les cellules musculaires pour assainir les artères, et empêcher l’expression de facteurs pro-inflammatoires inclus dans le vieillissement et les maladies liées à l’âge. Durant toute la durée de l’expérience, les souris qui ne disposaient pas du gène codant de l’enzyme indispensable pour la production de H2S ont étés victimes d’artériosclérose prématurée et sévère caractéristique du vieillissement.

Longévité garantie avec le gène Klotho

Toujours d’après la recherche, l’hydrogène sulfuré favorise l’activation du gène klotho. Cela permet de rallonger l’espérance de vie via nombreuses façons tel le renforcement de la production d’antioxydants endogènes. Elle entre aussi en jeu dans la réduction de la pression artérielle. Puisque la production de H2S diminue avec l’âge, c’est ce phénomène qui explique les risques d’hypertension, de troubles cardiovasculaires et de maladies neurologiques (Alzheimer et Parkinson). En attendant la mise en vente d’un traitement à base de H2S, Indépendance Royale insiste sur le fait que l’hydrogène sulfuré est un gaz courant hautement toxique.

Chômage : retour de l’allocation équivalent retraite (AER)

Lors de l’assemblée nationale du jeudi 24 janvier 2013, Jean-Marc Ayrault a fait part du rétablissement de l’allocation équivalent retraite (AER) destinée aux personnes âgées au chômage. Il s’agit d’une prestation qui leur permettra d’améliorer leur revenu entre la fin du chômage et le début de la retraite. Annulée en 2011, cette allocation sera de nouveau accessible au 1er mars 2013 après publication d’un prochain « décret simple ». Indépendance Royale rappelle que toutes les organisations syndicales ont sollicité ce rétablissement de l’AER.

Historique
Au nom de la rigueur, cette allocation estimée à 500 millions d’euros par an a été supprimée pour encourager les personnes âgées à retourner au travail. Avec la hausse du nombre de seniors en situation financière difficile, la prestation été en partie rétablie en 2011 sous l’appellation « allocation transitoire de solidarité ». Pour cette année, le premier ministre cite une « situation particulièrement injuste » résultant de la majorité précédente et plaide la cause des milliers de personnes âgées en situation de précarité. Pour lui, « il y a en quelque sorte tromperie [pour ces] salariés qui avaient perdu leur emploi et avaient accepté un départ volontaire en 2009 et 2010 » tout en espérant toucher cette allocation.

En répondant à une question du sénateur PS Martial Bourquin, Jean-Marc Ayrault a confirmé que « Il faut solutionner ce problème, supprimer cette injustice. J’ai décidé de répondre à l’urgence sociale : j’ai décidé à titre dérogatoire de mettre en place une prestation d’un montant équivalent à l’AER ».

Une AER pour qui ?
Pour les chômeurs à faible revenus âgés de 59 et 60 ans qui se sont inscrits à Pôle emploi avant le 31 décembre 2010 et qui ne bénéficient pas encore d’AER. D’après les propres termes du chef du gouvernement, « Cette prestation complétera leur revenu pour le porter à 1 030 euros par mois ».

Seniors : vers une avancée des dates de paiement des pensions ?

Le 09 janvier 2012, le député UMP de Haute-Garonne, Jean-Louis Moudenc, a proposé une loi qui permet aux retraités d’avoir accès à leur pension à l’avance pour les aider à « faciliter la gestion de leurs finances ». D’après ses explications, les retraites en France sont toujours payées tous les 9e jours du mois, ce au titre du montant qui est dû pour le mois précédent. Si ce jour tombe en fin de semaine ou en férié, les personnes âgées n’ont accès à leur retraite que le 10e ou le 11e jour du mois. Des retards qui ont un impact majeur sur la gestion des finances des retraités. Pour éviter les complications, il propose que les retraites soient payées à la fin du mois en cours et au plus tard, au début du mois qui suit.

Une retraite bien méritée

Dans la requête adressée au gouvernement, Indépendance Royale rapporte les propos de l’élu : « les 15 millions de retraités qui perçoivent 280 milliards d’euros annuels n’ont pas vocation à être utilisés comme instruments d’ajustement budgétaire après une vie de labeur ». Il estime qu’il est donc logique et légitime d’avancer le paiement des pensions de retraite à la fin du mois en cours ou au tout début du prochain. Le député ajoute même que l’arrivée des factures coïncide à cette période : le 1er ou le deuxième jour du mois pour les loyers, les débits de carte bancaire, les virements automatiques et les prélèvements bancaires. Il conclut qu’un décalage moyen de neuf jours est perçu par les retraités qui doivent aussi faire face aux effets de la crise économique.

Internet : le succès des réseaux sociaux auprès des personnes âgées

Depuis quelques années, les réseaux sociaux sur internet attirent de plus en plus de Français qui sont plus de 26 millions à être inscrits sur Facebook. Du côté des aînés, les personnes âgées de plus de 55 ans ont été les plus nombreuses à ouvrir un compte sur Twitter et leur nombre atteint 1,4 million en 2012.

Un engouement grandissant chez les aînés

D’après les données du site français de microblogging twitter, nous sommes près de 7 millions à être présents sur Twitter en 2012, avec une hausse de 53% comparée à 2011. Et Indépendance Royale insiste sur le taux d’adhésion des seniors de plus de 55 ans qui sont devenus les « twittos » les plus connectés en France. Une situation qui prouve que les personnes âgées sont de plus en plus ouvertes à la technologie de pointe et ont plus de moyens de communiquer avec leurs proches. Et avec la recrudescence du vieillissement de la population mondiale, il n’y a pas de soucis à se faire pour les nouvelles générations de seniors qui auront à leur disposition toute la domotique et la technologie informatique nécessaire pour améliorer la qualité de vie en situation de maintien à domicile.

Du côté des jeunes

Pour les autres tranches d’âge, la hausse varie entre 62% pour 1,2 million d’inscrit chez les 15-24 ans, 39% pour 1,1 million avec les 25-34 ans tandis que les pourcentages sont de 27 et 40 chez les 35-44 ans et 45-54 ans qui constituent le dernier million d’utilisateurs. En guise de rappel, Twitter compte plus de 200 millions de membres actifs à travers le monde et les estimations journalières vont jusqu’à 6,5 millions de souscription.

« Global Burden of disease » : les résultats d’une étude de haute envergure sur la santé mondiale

Entre 1970, 1990 et 2010, le « Global Burden of disease », une recherche sur la santé dans le monde a permis d’évaluer les causes d’une importante baisse de la mortalité infantile, la hausse constante de l’espérance de vie, la recrudescence des cas de cancer et autres maladies cardiovasculaires ainsi que le retard de l’Afrique sub-saharienne. Une première conclusion de la recherche confirme une hausse de la longévité mais déplore une forte augmention du taux des maladies chroniques typiques de la vieillesse et la mauvaise mode de vie qui sont largement plus meurtriers que les maladies transmissibles ou la malnutrition.

D’après l’éditorial de la revue The Lancet qui l’a publié, cette recherche sur la santé humaine est la plus importante dans l’histoire de la médecine. En effet, elle a vu la participation de quelques 500 experts du monde entier qui ont conclus qu’en 40 ans, les hommes ont gagné 11,1 ans d’espérance de vie et le chiffre est de 12,1 chez les femmes. Avec 85,9 et 80 ans, les Japonaises et les Islandais figurent en haut de la liste tandis que les Haïtiens n’atteignent que 32,5 ans pour les hommes et 43,6 ans pour les femmes.

Le cas des enfants

D’après le document, la mortalité infantile a diminué de 60% chez les enfants de moins de 5 ans. Ce résultat satisfaisant qui concerne surtout les pays pauvre s’explique par la réussite de la lutte contre la malnutrition, l’amélioration des soins médicaux pour la mère et son enfant et l’efficacité des protections contre les maladies transmissibles comme le tétanos ou la tuberculose.

Chez les adultes

Depuis 20 ans, les maladies chroniques comme l’obésité, le diabète, les cancers et les troubles cardio-vasculaires ont pris du terrain. Cela s’explique par l’inactivité, la mauvaise alimentation, l’alcoolisme et le tabagisme souvent associés au vieillissement selon Indépendance Royale.